Dix qualifiés pour le barrage, et seulement quatre double sans faute. Le Prix Six Senses Crans-Montana a mis les nerfs des cavaliers à rude épreuve vendredi soir. Plus habile et plus rapide, le Français Geoffrey Lecomte Lievaux a enlevé la victoire de l’épreuve principale de la journée.

Première manche difficile

Le constructeur Rolf Lüdi est décidemment très fort pour imaginer des parcours sélectifs. Dans le parcours initial de ce Prix Six Senses Crans-Montana, seules dix paires parvenaient en effet à déjouer les pièges du Soleurois. Ainsi, même les cavaliers les plus aguerris, tels que Hans-Dieter Dreher, Robert Whitaker ou Romain Duguet, ne s’en sortaient pas indemnes.

Les Français à l’honneur

Le barrage n’était pas sans son lot de surprises non plus. Les trois premiers se heurtaient aux distances techniques, et aux sauts délicats. Le plus Valaisan des Hollandais, Rudie Wallerbosch, quatrième à s’élancer, assurait son tour pour boucler le premier double sans faute de ce Prix Six Senses Crans-Montana. Après une malheureuse touchette du régional Laurent Fasel, la cavalière de Tapeï Jasmine Chen s’est illustrée en signant également un parcours sans pénalité. C’était ensuite au tour des trois Français de tenter leur chance. Après le 4 points de Titouan Schumacher, Bruno Garez parvenait à abaisser légèrement le chronomètre de Wallerbosch. Restait en lice le surprenant Geoffrey Lecomte Lievaux. En selle sur son étalon de 12 ans Themis des Sarthes, le cavalier de 36 ans dessinait des lignes plus courtes et comptait sur la vitesse au sol de son puissant et impressionnant complice. Au terme d’un brillant tracé, c’était la joie pure pour Lievaux. «Je suis tellement heureux. C’est un cheval qui compte beaucoup pour moi, issu de l’élevage familial. C’est le fils de ma première jument, elle-même issue de la première jument de mon père. C’est moi qui l’ai débourré, et je suis son seul et unique cavalier depuis qu’il est né.»

Belle histoire pour le Français, qui s’adjuge là sa première victoire internationale, pour sa deuxième participation à un concours de ce niveau. «J’étais déjà venu l’an dernier, mais cela c’était moins bien passé ! Cela dit, la beauté du concours m’avait donné envie de revenir, et j’ai bien fait», souriait Geoffrey Lecomte Lievaux à la suite de sa victoire dans la dernière qualificative pour le Grand Prix Longines de dimanche.

Les Suisses aux abonnés absents

A noter l’excellente sixième place du Valaisan Laurent Fasel avec Surfire, meilleur Helvète de l’épreuve. Seuls lui-même et Marc Röthsliberger (10e) ont pris part au barrage de ce Prix Six Senses Crans-Montana. Le reste de la délégation suisse a malheureusement été plus malchanceuse en première partie d’épreuve.