Sur le coup de 14 heures, ils seront 40 à prendre le départ du Grand Prix Longines. 40 cavalières et cavaliers pour un seul objectif: la victoire dans l’épreuve phare du Jumping Longines Crans-Montana. Tous les regards seront, bien sûr, braqués sur le vainqueur de l’édition 2018, Wouter Devos, de retour sur le Haut-Plateau avec son fidèle Tonik Hero. Mais le Belge aura fort à faire pour conserver son titre, car la concurrence est sérieuse.

D’abord, il faudra compter avec une belle délégation helvétique, forte de 10 qualifiés pour le Grand Prix. Mais les autres nations ont également de solides cartes à jouer, à commencer par la France. Ce n’est pas Nicolas Deseuzes, 2e l’an dernier, qui dira le contraire: «Romain Dreyfus (photo), qui vient de remporter le Grand Prix 4* de Saint-Tropez, est un sérieux candidat, dit-il. Et sa jument a très bien sauté ce week-end. Je pense aussi à Bruno Garez ou, bien sûr, à Wouter Devos.» Son compatriote Titouan Schumacher, lui, miserait volontiers sur Marc Bettinger, Julien Anquetin ou encore Jasmine Chen: «Son cheval est formidable, lance celui qui était 5e du Grand Prix en 2018. Elle ne figure pas forcément parmi les plus rapides, mais elle pourrait bien réaliser un double sans faute.»

D’autres citent le Britannique Robert Whitaker ou l’Allemand Hans-Dieter Dreher, qui s’était adjugé ce Grand Prix en 2012. Qu’en dit le principal intéressé ? «Je n’ai rien contre, sourit-il. Berlinda est en bonne forme, et je ferai de mon mieux, mais tout peut arriver: un Grand Prix est toujours très ouvert.» Une large brochette de favoris, cela garantit un suspense total jusqu’à la dernière minute de l’épreuve. Et c’est comme cela que le spectacle est le plus beau, non ?